MALLARMÉ (Stéphane)

Lettre autographe signée à [Méry Laurent] accompagnée d'un quatrain autographe signé à sa muse

s.l., s.d. circa 1890

Une page in-12 (16,7 x 10,7 cm) rédigée à l'encre sur feuillet plié en deux, quatrain autographe sur carte de visite à en tête pré-imprimé « Stéphane Mallarmé » (et en bas à droite) « 89 rue de Rome » (10,4 x 6,2 cm) et petite aquarelle de Louise Abbéma (15,8 x 12 cm)

Lettre d'amour autographe inédite signée de Stéphane Mallarmé [à Méry Laurent] dans laquelle le poète déclare sa flamme dès les premiers mots :

Jeudi soir

Je t’aime.

Tu entends bien mon chéri; laisse
moi n’écrire que cela, c’est bon,
entends-tu, cœur. Voilà, je pense,
sur le petit carton ci-joint un
compliment facile à lire, à
apprendre. Je voudrais te le réciter,
si tu voyais quelle jolie révérence
je te ferais aussi. A ce soir.

Ton Stéphane Mallarmé


Sur le carton joint, un poème autographe signé en hommage à Méry :

Ta lèvre contre le cristal
Gorgée à gorgée y compose
Le souvenir pourpre et vital
De la moins éphémère rose
SM

Ce quatrain est reproduit dans Vers de circonstance, quatrième poème des "Autres dons de nouvel an". La note relative à ces vers figurant dans la Pléiade (Tome I, p. 1281) indique que l’original du poème est inconnu et que ce quatrain était destiné à Méry "avec un verre d'eau / Noël 1895".

La lettre qui l'accompagne était jusqu'à présent inconnue et apporte un éclairage nouveau sur les circonstances de son envoi.

L’ensemble est accompagné d’un carton aquarellé signé de Louise Abbéma (1853 - 1927) représentant des pensées entourant le nom de « Méry » peint en son centre. Stéphane Mallarmé adressa également des "vers de circonstance" à cette artiste peintre mondaine qui fut un temps la compagne de Sarah Bernhardt.

Bien que Stéphane Mallarmé écrivit de nombreuses lettres à sa muse, il n'en reste que peu en mains privées, une large proportion de cette correspondance étant conservée à la Bibliothèque Jacques Doucet.

15 000 €