L’AVIS DU LIBRAIRE

 

Faire perdre au féminin son inflexion dépréciative

WITTIG (Monique)

Les Guérillères

Paris, Editions de Minuit, 1969

In-12 (18,8 x 12 cm), broché, couverture blanche imprimée en bleu et noir, 208 pp., 2 ff. n. ch.

Edition originale.

Un des 37 exemplaires de tête numérotés sur pur fil Lafuma (un des 7 hors-commerce, le n°V).

Broché, non coupé, quelques fines piqûres sur la tranche supérieure.

Provenance : Bibliothèque Claude de Capdenac (ex. hors commerce n°V) qui fut en charge de la fabrication aux Éditions de Minuit à partir du milieu des années 50.

Second roman de l'auteur, considéré comme une œuvre majeure du féminisme, Les Guérillères débute par un poème manifeste imprimé en lettres capitales ""ESPACEMENTS DORÉS LACUNES / ILS SONT VUS LES DÉSERTS VERTS / ON LES RÊVE ON LES PARLERA ...".

Le récit est ensuite composé de courts paragraphes narrant la vie d'une communauté composée uniquement de femmes. Ceux-ci sont ponctués, à rythme régulier, toutes les 6 pages, d'une liste de 18 prénoms féminins imprimés sur six lignes en lettres capitales. A trois reprises, figure un cercle imprimé hors-texte à pleine page.

200 €