RICHAUD (André, de)

La Fontaine des lunatiques

Paris, Bernard Grasset, 1932

20,8 x 13 cm, broché, couverture blanche imprimée en bleu et noir, 254 pp., 2 ff. n. ch.

Edition originale.

Un des 21 ex. num. imprimés sur vélin pur fil Lafuma (seul grand papier).

Broché, à grandes marges, en très bel état, infime accroc en pied.

En 1932, La Fontaine des Lunatiques avait ébloui et traumatisé la critique. C'est vrai qu'ouvrir un tel livre, c'est ne pas en revenir. Trois hommes vivent dans une grande maison à l'écart d'un village. Hugues, le fils de 18 ans, est d'une grande beauté. Son père, fou de musique, occupe ses nuits à jouer du piano. Dans sa chambre, le grand-père paralysé se tait. Sa mort et l'apparition d'une jeune femme enterrée depuis cinquante ans brisent les liens du père et du fils. Hugues entreprend alors un voyage initiatique et sensuel. Le père façonne un orgue d'argile et se consacre à l'alchimie musicale. Et Richaud, d'une prose merveilleuse, scelle l'alliance de la poésie et du roman.

Après des études de droit et de philosophie à Aix-en-Provence, André de Richaud (1908 - 1968) devient enseignant au lycée de Meaux. En 1930, il publie La Douleur, où la veuve d’un soldat de 14 s’éprend d’un prisonnier de guerre allemand, et qui se retrouve au centre d’un scandale comparable à celui du Diable au corps de Radiguet. Malgré un début prometteur et l’appui constant de grands noms de la littérature, André de Richaud n’a jamais trouvé la place qu’il méritait et c’est dans la misère la plus complète qu’il a fini ses jours, à l’hospice, à l’âge de 59 ans.

600 €