BAUDELAIRE (Charles)

Salon de 1845

Paris, Jules Labitte, 1845

In-12 (18,4 x 11,6 cm), demi-maroquin framboise à coins, dos à nerfs, titre doré, tête dorée, deux plats de couverture jaune conservés, sans le dos (reliure signée de Semet et Plumelle), 72 pp.

Edition originale d'une grande rareté du premier livre de Baudelaire paru sous son nom.

Il fut publié à 500 exemplaires [...] Selon Champfleury, Baudelaire aurait détruit tous les exemplaires qui subsistaient : « Le manque de personnalité faisait tellement souffrir Baudelaire que, sans doute par crainte de certains rapports d'idées avec Heine et Stendhal, il détruisit tous les exemplaires qui restaient » (Champfleury, Portraits et souvenirs de jeunesse).

De ce Salon, seuls Delacroix (« Le peintre le plus original des temps anciens et des temps modernes ») , William Haussoulier et Decamps ont retenu l'attention du poète. Le vrai peintre, conclut-il, "saura arracher à la vie actuelle son côte épique, et nous faire voir et comprendre, avec de la couleur ou du dessin, combien nous sommes grands et poétiques dans nos cravates et nos bottes vernies [...]".

C'est au second plat de couverture (ici conservée) que sont annoncés les projets de critiques d’art de Charles Baudelaire (De la peinture moderne (sous presse) et De la caricature, David, Guérin et Girodet (parution prochaine) : autant d'ouvrages qui ne virent pas le jour).

Bel exemplaire établi par Semet et Plumelle.

Provenance : Renée Cortot (ex-libris comportant 4 vers de Baudelaire), seconde épouse d'Alfred Cortot

10 000 €