HARTUNG (Hans) & CÉSAIRE (Aimé)

Soleil cou coupé

Paris, K éditeur, Collection « Le Quadrangle », 1948

22,2 x 16,4 cm, broché, couverture illustrée, 128 pp., eau-forte originale signée de Hans Hartung

Edition originale.

Un des 60 ex. du tirage de tête numérotés sur Chiffon du Marais, seuls exemplaires (dont 10 ex. hors commerce) comportant une eau-forte originale datée et signée par Hans Hartung.

Pli dans la marge extérieure de la gravure, comme toujours, la gravure étant d'un format légèrement supérieur au livre.

Très bel exemplaire par ailleurs.

Soleil cou coupé est la première oeuvre complète d'Aimé Césaire publiée en librairie, la plupart des poésies de son précédent recueil Armes miraculeuses publié en 1946 chez Gallimard ayant d'abord paru dans la revue Tropiques entre 1941 et 1945.

Le titre Soleil cou coupé est extrait du dernier vers de Zone de Guillaume Apollinaire, long poème, sans ponctuation, publié en ouverture d'Alcools (Mercure de France, 1913).

Ce titre traduit la blessure atroce de la séparation originelle avec l'Afrique. Le poète évoque aussi les Antilles, l'océan et sans doute les souffrances de la traversée qui continuent de scander la mémoire collective antillaise : « Soleil serpent oeil fascinant mon oeil / et la mer pouilleuse d'îles craquant aux doigts des roses / lance-flamme et mon corps intact de foudroyé / l'eau exhausse les carcasses de lumière perdues dans le couloir sans pompe / des tourbillons de glaçons auréolent le coeur fumant des corbeaux... ».

C'est également le seul livre orné d'une gravure originale d'Hans Hartung.

C'est en 1947, qu'Hans Hartung réalise ses "premières expériences significatives de la taille douce, pratiquée avec une grande diversité de procédés (vernis mou, eau-forte, pointe sèche, morsure directe et burin), sans doute à l’occasion du projet d’illustration pour Soleil cou coupé d’Aimé Césaire"(Exposition des Estampes d'Hans Hartung, Bibliothèque Nationale de France du 12 octobre 2010 au 16 janvier 2011).

De ces travaux, effectués avec peu de moyens, Hans Hartung produira une douzaine de gravures sur cuivre. L'un d'entre elles fut retenue pour illustrer en frontispice Soleil cou coupé. Elle fut imprimée, probablement dans les ateliers Lacourière, à 100 exemplaires sur vélin, 60 ex. pour le livre, 40 en planches libres. Deux exemplaires supplémentaires sur un feuillet légèrement plus petit furent imprimés sur vélin léger de [Lana]. Seules quelques épreuves des autres gravures furent tirées. Les cuivres furent ensuite rayés (Rainzer Michael Mason, Catalogue raisonné de l'oeuvre gravé d'Hans Hartung).

3 000 €