[JARRY (Alfred)]

Perhinderion

Paris, Imprimerie C. Renaudie, mars - juin 1896

2 livraisons in-folio (44 x 32,5 cm), sous couvertures parcheminées illustrées et imprimées en rouge, 3 ff. (planches de Dürer sur vergé), 4 ff. doubles pliés en deux (images d'Epinal), 4 ff. le dernier sur papier violet (Numéro 1) ; 2 planches (Bois de Dürer et Explications pour servir à l'intelligence de la précédente image), 2 ff. doubles pliés en deux (images d'Epinal), 1 f. de texte, 1 f. double plié en deux (L'Annonciation), 2 ff. de texte dont un sur papier violet (Numéro 2)

Rare collection complète, en deux fascicules, de cette revue éphémère fondée par Alfred Jarry.

Un des exemplaires sur vergé jaune.

"Perhinderion est un mot breton qui veut dire Pardon au sens de Pèlerinage" ("Premier son de la messe", Alfred Jarry).

Cette revue d'estampes vit le jour après la brouille de Jarry avec Remy de Gourmont et son départ précipité de L'Ymagier.

Le second fascicule fut imprimé avec des caractères typographiques spécialement commandés, à grands frais, par Alfred Jarry, qui furent réutilisés pour l'impression d'Ubu roi.

Les deux livraisons poursuivent la confrontation, initiée par L'Ymagier, entre bois gravés anciens, imageries populaires et production contemporaine.

Ainsi sont juxtaposés des bois de Dürer, des impressions populaires de Georgin, l'imagier d'Épinal et une zincographie d'Émile Bernard. Au sommaire du second fascicule, Jarry annonce deux estampes d'Émile Bernard rehaussées à la main, précisant que la livraison renferme tantôt Le Christ en croix, tantôt L'Annonciation (comme c'est le cas ici).

On joint une lettre autographe signée de Paul Léautaud à propos de Perhinderion (enveloppe jointe à l'en-tête du Mercure de France) adressée le 20 novembre 1919 au graveur H. Van der Zee : "Monsieur, La revue Perhinderion est si lointaine que nous n'avons plus aucun souvenir à son sujet. Sa publication a été très brève. Les deux numéros que vous avez peuvent très bien être les seuls qu'elle ait donnés...".

Cette revue artisanale est d'une grande fragilité.

En dehors des défauts d'usage à la couverture légèrement insolée et quelques petites marques du temps, le premier fascicule est en bon état.

Le second est en état convenable : couverture insolée et légèrement rognée, comme presque toujours l'encollage du fond des cahiers limite l'ouverture, deux déchirures restaurées à la planche d'Émile Bernard, quelques rousseurs, salissures, quelques feuillets effrangés.

Provenance : M. H. Van der Zee (annotation signée au crayon sur les couvertures des deux fascicules)

Fascicule 1 :
Trois bois de Dürer sur vergé : Jésus présenté au peuple (tiré de La Grande Passion), Les Quatre fléaux de l'Apocalypse, Saint Jean à la porte latine
Images d'Epinal : Christ aux évangélistes, Passage du Mont Saint Bernard, Le Juif errant, L'Heureuse bénédiction des familles et des maisons
Sébastien Munster : fac-similé de deux chapitres de du Cinquième livre de Cosmographie
Alfred Jarry : "Premier son de la messe."

Fascicule 2 :
Bois de Dürer : Sainte Catherine
Alfred Jarry : Explications pour servir à l'intelligence de la précédente image
Images d'Epinal : La très Sainte Vierge, Le Chemin de fer
D'art : extrait d'un article de Felix Fénéon écrit en 1888, avant la première exposition de M. Louis Anquetin à Paris
L'Annonciation : composition en couleurs d'Emile Bernard rehaussée à la main,
Extrait du Gran simulacro
Colophon sur papier violet

12 000 €