DRIEU LA ROCHELLE (Pierre) & BERL (Emmanuel)

Les Derniers jours

Cahier politique et littéraire

Paris, du 1er février 1927 au 28 juillet 1927

7 fascicules in-4 (27 x 21,4 cm pour les deux premiers numéros et 28 x 22,8 cm pour les suivants), agrafés, 12 pp. pour les 6 premiers numéros, 24 pp. pour le dernier, étui-chemise en demi-basane pourpre

Collection complète de cette importante revue, intégralement rédigée par Pierre Drieu la Rochelle et Emmanuel Berl, appelant à une ère nouvelle, après le déclin tragique de la Vieille Europe.

Exemplaire du tirage de tête, limité à 86 ex. imprimés sur Madagascar (les ordinaires étant imprimés sur un papier fragile et brunissant), justifié et signé à la fin du premier volume par Emmanuel Berl.

Contient entre autres des textes sur le Capitalisme, le Communisme, la Révolution, la Bourgeoisie, la deuxième lettre aux surréalistes et la troisième lettre aux surréalistes sur l'amitié et la solitude (17 pages) par Drieu la Rochelle dans lesquelles il cite Dada, Breton, Aragon, Eluard, etc.

Très rare en grand papier.

A notre connaissance, aucun exemplaire de luxe de cette revue n'est passé en vente publique ces "derniers jours", ni depuis belle lurette. Un exemplaire du tirage courant figurait dans le catalogue du Fonds Destribats cédé à la Bibliothèque Kandinsky en 2005 (cf. Destribats n°257).

Dans Gilles, son plus célèbre roman, Drieu revient sur l'aventure éditoriale des Derniers jours, la revue y étant rebaptisée L'Apocalypse, et évoque, non sans une certaine rancoeur, son partenaire d'alors - Emmanuel Berl - sous le nom de Preuss : « Ce qui m'a blessé, confessait ce dernier à Dominique Desanti, ce n'est pas que Preuss soit le juif, mais que ce soit moi. Ce qui m'a blessé c'est qu'il ait prétendu qu'il voulait faire L'Apocalypse seul, et que je m'y suis immiscé par intrigue. Alors que dès le premier numéro nous avons tout conçu, tout écrit ensemble ».

2 500 €