L’AVIS DU LIBRAIRE

 

L'un des meilleurs livres illustrés de Zao Wou-ki, ici enrichi de la précieuse suite de 10 lithographies signées sur Japon impérial

ZAO (Wou-ki) & MALRAUX (André)

La Tentation de l'Occident

S.l., Les Bibliophiles comtois, s.d. [1962]

In-folio (39,4 x 29,3 mm), en feuilles, couverture blanche rempliée titrée en bleu sur le premier plat, 186 pp., 3 ff. n. ch., 10 lithographies en couleurs comprises dans la pagination, double feuillet au même format pour le Menu, suite des 10 lithographies sous portefeuille, emboîtage de l'éditeur en soie bleu clair, titré en bleu au dos

Édition illustrée de 10 lithographies originales en couleurs de Zao Wou-Ki, dont un frontispice et 9 hors-texte.

Tirage limité à 170 exemplaires, tous imprimés sur vélin d'Arches, celui-ci un des 125 imprimés pour les sociétaires (celui-ci n°7 nominatif pour Félix Benoit-Cattin).

Exemplaire enrichi de la très rare suite sur Japon impérial, limitée à 20 exemplaires, des 10 lithographies originales de Zao Wou-ki, toutes signées au crayon par l'artiste.

Truffé de surcroît du Menu du dîner du 13 décembre 1962 organisé au Grand Hôtel des Bains à Besançon pour célébrer le lancement de cette édition, illustré sur le premier plat d'une lithographie en couleurs de l'artiste (imprimée sur vélin), ainsi que du communiqué de presse de l'exposition « Zao Wou-Ki. L'oeuvre gravé » présentée à la BNF du 21 février au 22 mars 1979 (2 pp. in-4 sur papier rose).

Bel exemplaire.

Très rare avec la suite sur Japon impérial.

Seules deux suites des lithographies de Zao Wou-ki pour la Tentation de l'Occident furent imprimées : 20 suites sur vélin d'Arches et 20 sur Japon impérial. Ce sont les seules épreuves signées par l'artiste.

Pour la qualité du papier, la seconde est préférée par les amateurs à la première.

La Tentation de l’Occident, paru en 1926 après le voyage en Extrême-Orient de Malraux, se présente sous forme de lettres échangées entre un Chinois voyageant l’Europe et un Occidental visitant la Chine. En 1962, Malraux choisit assez logiquement un Chinois vivant à Paris pour illustrer son essai. Le soutien de Malraux, alors ministre des Affaires culturelles du Général de Gaulle, permit à Zao Wou-Ki d’obtenir deux ans plus tard la nationalité française.

35 000 €