L’AVIS DU LIBRAIRE

 

Rare exemplaire en grand papier du premier livre de Colette Peignot publié à titre posthume

[PEIGNOT (Colette)] LAURE

Le Sacré & Histoire d’une petite fille

Paris, Hors commerce, 1939 & s.d. [1943]

2 vol. in-8 (19 x 11,8 cm), brochés, couvertures imprimées, 97 pp., 1 f. n. ch. (Le Sacré), 53 pp., 1 f. n. ch. (Histoire d’une petite fille)

Rare réunion des deux premiers livres de Colette Peignot édités, à titre posthume sous le pseudonyme de Laure, par Georges Bataille et Michel Leiris en 1939 et 1943 malgré la violente opposition de son frère Charles Peignot.

Tous les exemplaires portent la mention « Aucun exemplaire ne sera remis autrement qu’à titre personnel ».

Le Sacré :

Un des 40 exemplaires de tête imprimés sur papier d’Arches (le n° 11), avant 160 exemplaires sur papier courant (tirage limité à 200 exemplaires). Le nom de son premier destinataire est resté vierge.

Histoire d’une petite fille :

Tirage limité à 33 ex. num..

Un des 22 ex. sur Arches (après 5 ex. sur papier ancien et 6 ex. sur papier murier du Tonkin), celui-ci portant le n° 33 et destiné à Georges Ambrosino (justification à la plume par Georges Bataille).

Les deux exemplaires auraient ensuite figuré dans la bibliothèque de Jacques Lacan.

Physicien nucléaire et philosophe, Georges Ambrosino (1912-1984) fut un ami proche et collaborateur régulier de Georges Bataille.

Co-fondateur, avec Bataille et Klossowski de la revue Acéphale, il dirigera la publication de 4 numéros de la revue sur 5 parus.

Il fut aussi l’un des rares membres de la société secrète Acéphale, créée en février 1937. On sait peu de choses sur les réunions nocturnes et rituelles du groupe, leurs participants étant restés peu diserts à cet égard.

En note et fin de l’avant-propos de La Part maudite, Georges Bataille indique la rôle prépondérant joué par Ambrosino dans l’élaboration de son essai d’économie générale : « Je dois remercier ici mon ami Georges Ambosino, chef de travaux au Laboratoire des Rayons X, sans lequel je n’aurais pu construire cet ouvrage ».

Colette Peignot, dite Laure, fut la compagne de Georges Bataille de 1934 à sa mort, le 7 novembre 1938. Avec Michel Leiris, Bataille décida de publier Le Sacré en 1939, sans l’autorisation de la famille de l’auteur.

D’une beauté à couper le souffle, les textes de « la sainte de l’abîme » n’ont que très peu d’équivalents : avec une grâce désarmante, « la terreur se lève entre quatre murs, comme le vent sur la mer ». (Histoire d’une petite fille).

7 500 €