L’AVIS DU LIBRAIRE

 

L'exemplaire n° 1

[TOPOR (Roland)] RUELLAN (André)

Manuel du savoir-mourir

avec des dessins paniques de Topor

Paris, Pierre Horay, 1963

In-12 (16 x 16,2 cm), broché, couverture rouge à rabats imprimée en noir, illustrée par Roland Topor sur chaque plat, 127 pp.

Edition originale.

Un des 35 exemplaires de tête imprimés sur vélin d'Arches (seul grand papier), celui-ci portant le n° 1.

Illustré de dessins paniques de Roland Topor.

Broché, tel que paru, en parfait état.

"Comment se préparer à la mort ? Quelles sont les formes d'agonie qu'un galant homme ne saurait tolérer ? À quelles règles un cadavre doit-il se plier pour ne pas tomber dans la trivialité ? Y a-t-il des au-delà plus rentables que d'autres, et doit-on choisir son au-delà, pendant qu'il en est temps encore ? Peut-on espérer une amélioration des rapports entre morts et vivants ? À travers ces questions, qui se situe à mi-chemin entre Sénèque, et la chanson de salle de garde, André Ruellan, qui est médecin, et écrivain fantastique sous un autre nom, montre que l'on peut passer de l'amphithéâtre de dissection au cours de philosophie, sans tomber en route dans le sérieux et sans craindre un certain scandale.

Le scandale est inévitable, à chaque fois qu'on traite un sujet tabou, ou bien qu'on se conduit d'une manière irrespectueuse envers un problème habituellement considéré avec une gravité pleine de crainte. Mais il n'y a pas ici de sacrilège, car si parfois l'audace du texte donne un haut-le-corps, l'ensemble de l'ouvrage, par son existence même, consolide l'optimisme du lecteur ou entame son pessimisme : considérer les morts comme une sorte particulière de vivants, n'appartient pas au désespoir. Le "Manuel" ne serait-il qu'une réponse à la citation de Bossuet mise en exergue, et qui attire l'attention sur la conspiration du silence dont les hommes entourent le problème de la mort, cela suffirait pour le considérer comme une contribution à la lucidité, ce qui n'est pas négligeable.

L'un des fondateurs en France et au Mexique, du "Groupe Panique", Topor, œuvre dans le même sens ; derrière l'humour macabre, il applique le propos d'Eluard : il donne à voir. Sa pensée fonctionne par bonds, qu'il écrive ou qu'il dessine, et son pinceau contracte la réalité avec une soudaineté qui prend à l'improviste. Très jeune encore, il s'annonce comme l'un des humoristes les plus originaux d'ici et de maintenant". (Texte de présentation sur les rabats de couverture)

500 €