L’AVIS DU LIBRAIRE

 

Exemplaire en grand papier, relié à l'époque avec envoi à Nadar

CHÂTILLON (Auguste, de)

A la grand'pinte

Poésies, avec une préface de Théophile Gautier

Paris, Poulet-Malassis, 1860

In-12 (18,7 x 12,4 cm), demi-chagrin noir à coins sertis d'un double filet doré, dos à nerfs, caissons ornés d'encadrements dorés, couv. non cons. (reliure de l'époque), 2 ff. n. ch. (faux-titre, titre), 213 pp., 1 f. n . ch.

Deuxième édition, en grande partie originale.

Elle contient 106 poèmes, soit 43 pièces nouvelles qui ne figuraient pas dans l'édition donnée par Dentu en 1855 sous le titre Chant et poésie.

Un des 6 ex. imprimés sur vergé (seul grand papier).

Rare envoi autographe signé de l'auteur : "à mon bien excellent ami Nadar / Auguste de Châtillon".

Très bel exemplaire, relié à l'époque pour Nadar (avec son super-libris en pied).

Provenance : Nadar (envoi, super-libris et ex-libris encollé sur le premier contreplat), Fernand Trémolières (ex-libris gravé)

Artiste-peintre et poète, Auguste de Châtillon (1808-1881) fraya avec toute la bohème littéraire dite du Doyenné qui comptaient dans ses rangs Gérard de Nerval, Théophile Gautier, Émile de la Bédollière, Arsène Houssaye, Célestin Nanteuil, Camille Rogier... Il fut le portraitiste attitré de la famille de Victor Hugo. Ce dernier disait de lui, à propos de ses vers : « Il y a en vous quelque chose de la grâce facile de La Fontaine avec un charme de mélancolie de plus. » (Lettre datée du 8 avril 1869).

"La Grand'Pinte décrit les fastes d'une auberge fréquentée par Châtillon et ses amis de la Bohème où rôtissent en chapelets, oisons, canards, dindons, poulets. La table et le vin sont célébrés dans de nombreux poèmes : la bonne odeur du lard, les grives, vêprée, la fête de Montmartre en 1853, les vendanges, le réveillon...". (Gérard Oberlé, Auguste Poulet-Malassis, un imprimeur sur le Parnasse, n°348, p. 134).

Très rare en grand papier et avec envoi.

Seul un exemplaire du tirage courant en reliure moderne d'A la grand'pinte figurait dans la catalogue de référence "Les Fastes de Bacchus et de Comus" en 1989.

nous savons que Charles Asselineau en possédait un exemplaire sur vergé (n°120, Catalogue de la bibliothèque romantique et des livres modernes d'histoire et de littérature de feu M. Charles Asselineau, décembre 1874)et qu'un autre (à priori sur papier d'édition) fut offert par Auguste de Châtillon à Madame Victor Hugo (Catalogue n°20, Leurs premiers livres, Librairie Jean Loize, 1956).

3 000 €